Toute la culture sénégalaise, l'expression des jeunes sénégalais, le sénégal vue en profondeur.


 
PortailAccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La formation professionnelle en plein essor en Afrique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
julie
.:::|| ami ||:::.
.:::|| ami ||:::.
avatar

Nombre de messages : 6903
Age : 55
Date d'inscription : 19/12/2006

MessageSujet: La formation professionnelle en plein essor en Afrique   Mar 8 Déc 2009 - 23:08

Ou­ver­ture de fi­liale, lan­ce­ment de nou­velles ac­ti­vi­tés, re­struc­tu­ra­tion de ser­vices, nou­veaux défis tech­no­lo­giques… Les en­tre­prises afri­caines ont de plus en plus re­cours à la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle pour re­mettre à ni­veau les com­pé­tences de leurs ef­fec­tifs afin de ré­pondre aux be­soins de com­pé­ti­ti­vi­té. Ca­bi­nets et or­ga­nismes spé­cia­li­sés en for­ma­tion en pro­fitent pour étendre leurs ser­vices sur le conti­nent.

S’adap­ter aux nou­veaux en­jeux éco­no­miques

De pa­rent pauvre de l’en­sei­gne­ment, la for­ma­tion conti­nue qui cherche à dé­ve­lop­per le « ca­pi­tal hu­main » dans l’en­tre­prise est de­ve­nue, de­puis cinq ans, une prio­ri­té stra­té­gique pour un nombre crois­sant de so­cié­tés en Afrique sub­sa­ha­rienne, dans les sec­teurs les plus concur­ren­tiels, de la banque aux té­lé­coms en pas­sant par le conseil et la fi­nance. Les for­ma­tions dis­pen­sées par ces or­ga­nismes s’at­tachent à dé­ve­lop­per un sa­voir-​faire tech­nique (bu­reau­tique, langues…) ou à amé­lio­rer les com­pé­tences ma­na­gé­riales des cadres d’une en­tre­prise.

C’est la conjonc­ture éco­no­mique, qui pa­ra­doxa­le­ment, a fa­vo­ri­sé ce type de for­ma­tion. Hervé Ndoume Es­si­gone, di­rec­teur gé­né­ral de la BGFI Bu­si­ness School, le centre de for­ma­tion de BG­FI­Bank, un grand groupe ban­caire pan­afri­cain, “ne peut plus s’en pas­ser... Com­ment en effet conso­li­der ses po­si­tions ou conqué­rir de nou­veaux mar­chés si l’on ne ren­force pas en per­ma­nence son ex­per­tise ?”, af­firme t-il.

Du coup, les or­ga­nismes in­dé­pen­dants de for­ma­tion se mul­ti­plient sur le conti­nent, en s’ap­puyant le plus sou­vent sur un ré­seau de di­men­sion ré­gio­nale, pour prendre leurs parts d’un mar­ché qui croît de plus de 20 % par an… La so­cié­té Mane Gere, par exemple, in­ter­vient au Bénin, en Côte d’Ivoire, au Sé­né­gal, en Tu­ni­sie mais aussi en France. Elle dé­ve­loppe une gamme de for­ma­tions spé­cia­li­sées dans les sec­teurs des Té­lé­coms, des banques et de l’hô­tel­le­rie. En Afrique, elle in­ter­vient ainsi de­puis plu­sieurs an­nées au sein de la qua­si-​to­ta­li­té des hô­tels Accor pour y for­mer les di­ri­geants et les chefs de ser­vice “qui doivent ac­tua­li­ser leur sa­voir-​faire ma­na­gé­rial”.

La for­ma­tion pro­fes­sion­nelle afri­caine : un sec­teur convoi­té par les grandes écoles des pays riches

Aux côtés des opé­ra­teurs na­tio­naux, les grandes écoles ou centres de for­ma­tion étran­gers s’in­té­ressent de près à ce type de mar­ché en Afrique.
Eu­ro­med Ma­na­ge­ment, une école mar­seillaise, vient ainsi de rem­por­ter un appel d’offres lancé par So­nel­gaz, l’en­tre­prise pu­blique ga­zière al­gé­rienne. À la clé, une opé­ra­tion de for­ma­tion qui condui­ra l’éta­blis­se­ment mar­seillais à in­ter­ve­nir au­près de quelque 550 cadres di­ri­geants de l’opé­ra­teur. Avec sa par­te­naire ins­tal­lée dans le pays, l’École su­pé­rieure al­gé­rienne des af­faires (Esaa), Eu­ro­med dis­pen­se­ra des for­ma­tions longues (de quinze à vingt-​huit jours) en ma­na­ge­ment gé­né­ral et en ges­tion des res­sources hu­maines. Ob­jec­tif : ac­com­pa­gner l’ef­fort de mu­ta­tion d’un opé­ra­teur pu­blic contraint de se pré­pa­rer à la li­bé­ra­li­sa­tion du mar­ché.

L’école su­pé­rieure de com­merce Bor­deaux Ma­na­ge­ment School a, elle aussi fran­chi une nou­velle étape en ou­vrant en 2008 une an­tenne à Dakar. L’école y pro­pose à la fois un en­sei­gne­ment ini­tial et une for­ma­tion conti­nue pour une po­pu­la­tion fran­co­phone d’étu­diants et de jeunes cadres issus de l’en­semble de l’Afrique de l’Ouest.

D’autres grandes écoles misent sur leur ré­pu­ta­tion pour at­ti­rer les meilleurs élé­ments de l’Afrique fran­co­phone. Sciences-​Po paris dis­pen­se­ra ainsi dès 2010 une for­ma­tion de haut ni­veau des­ti­née aux cadres di­ri­geants afri­cains de la fonc­tion pu­blique. Une quin­zaine de hauts fonc­tion­naires afri­cains en­voyés par leurs gou­ver­ne­ments se re­trou­ve­ront à Paris pour y suivre un en­sei­gne­ment en “ges­tion pu­blique et ma­na­ge­ment” dès fé­vrier 2010.

Écoles de ges­tion ou spé­cia­listes de la for­ma­tion conti­nue, en Afrique fran­co­phone ou en Eu­rope, tous di­ver­si­fient au­jourd’hui leur offre de for­ma­tion aux en­tre­prises. L’idée est de dé­ve­lop­per un mar­ché dans le­quel, semble-​t-​il, tout le monde y gagne…
Revenir en haut Aller en bas
 
La formation professionnelle en plein essor en Afrique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» formation professionnelle au portage
» Lithosophia : Formation professionnelle en lithothérapie
» Appel pour les lauréats du centre de formation
» Formation professionnelle par le jeu vidéo
» Reconversion professionnelle, besoins de conseils!!!!!! Help

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
.:::|| AU FOND DU SENEGAL ||:::. :: .:::|| CONCEPT ENTREPRISE ||:::. :: .:::|| ENTREPRENEURIAT||:::. :: concept droit du travail-
Sauter vers: