Toute la culture sénégalaise, l'expression des jeunes sénégalais, le sénégal vue en profondeur.


 
PortailAccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les traitements du cancer du sein

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
julie
.:::|| ami ||:::.
.:::|| ami ||:::.
avatar

Nombre de messages : 6903
Age : 55
Date d'inscription : 19/12/2006

MessageSujet: Les traitements du cancer du sein   Mar 28 Oct 2008 - 10:10

Ce cancer est fréquent chez les femmes, les tumeurs malignes du sein bénéficie aujourd’hui des traitements adaptés à ses différents stades. Le point sur les interventions chirurgicales, la radiothérapie, chimiothérapie et l’hormonothérapie. Selon un magazine, ce cancer se développe à partir des unités du sein qui produisent du lait. Des cellules malignes vont s’y multiplier de manière désordonnée dans une glande mammaire. Elles vont y créer une tumeur qui attaque les tissus sains avoisinants et peut également propager des cellules cancéreuses dans tout l’organisme. On parle alors de métastases.
Trois facteurs des risques susceptibles de favoriser la survenue d’un cancer au sein : les risques à composantes hormonale, génétique et environnementale. Parmi les facteurs de risques hormonaux, la survenue de règles précoces, l’absence de grossesse ou l’âge tardif de la première grossesse, ainsi qu’une ménopause tardive multiplient les risques de cancer du sein. En outre, les femmes ayant suivi un traitement substitutif hormonal de la ménopause voient augmenter leur risque de cancer s’avère deux fois plus élevé chez les femmes dont les proches (sœurs, mères ou filles) ont développé un cancer du sein avant 50 ans. Plus jeune est l’âge d’apparition de la maladie, plus grand est le danger. Ainsi, une femme dont la sœur a développé un cancer à l’âge de 30-39 ans est exposée à un risque cumulatif de 10% d’être elle-même touchée avant 65 ans. Le cancer du sein demande six à dix ans pour se transformer de la première cellule cancéreuses à une tumeur de deux centimètres de diamètre. D’où l’importance du diagnostic médical comprend un interrogatoire relatif aux antécédents de la patiente et ses antécédents Familiaux, une inspection, une palpation de ses seins, de ses aisselles ainsi que des creux sous claviculaires. Le médecin regardera les récentes mammographies ou en prescrira de nouvelles. Il demande des examens complémentaires (sanguins, radiologiques) qui vont lui permettre de dresser un bilan complet, voire de confirmer le diagnostic. Un traitement sera instauré en fonction du type de cancer et du stade d’évolution de la tumeur maligne. Les spécialistes distinguent le catégories de cancers dits « canalaires », plus fréquents qui se développent aux dépend des canaux d’évacuation du lait, des cancers dit « lobulaires » affectant de petits amas cellulaires (ou lobules) dans lequel est fabriqué le lait. Les spécialistes classent encore les cancers selon la gravité de l’affection par l’étude des tissus prélevés. Le carcinome non invasif désigne une forme très précoce de la maladie non palpable mais décelable à la mammographie. Il s’avère un excellent pronostic avec un très bon taux de guérison. Si les tissus avoisinant sont touchés, il s’agit alors d’un carcinome invasif. On répertorie une dizaine de sous types. Le pronostic très variable est plus sévère que le carcinome non invasif. Les traitements dépendent du stade de la maladie. Ils reposent sur quatre techniques : la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie et l’hormonothérapie. L’intervention chirurgicale vise à retirer la tumeur cancéreuse. L’acte chirurgical est le plus souvent limité à l’ablation de la partie de sein qui porte la tumeur. Ce qui permet de conserver le sein. On parle alors de tumerectomie. Lorsque la tumeur est plus volumineuse, l’ablation totale (mastectomie) du sein s’avère nécessaire. Au cours de l’opération, des ganglions auxillaires sont prélevés pour déterminer le stade de la maladie. Cette technique dite « ganglion sentinelle » s’adresse aux femmes ayant une tumeur cancéreuse unique au sein d’un diamètre inférieur à 15 ou 20 mm. Le chirurgien va procéder à l’ablation de ce ganglion sentinelle identifié grâce à l’injection d’un colorant accompagné ou non d’un colloïde radioactif. La chirurgie de reconstruction mammaire avec ou sans prothèse peut être envisagée six mois à un an plus tard ou même des années après l’ablation du sein. Elle redonne la forme et le volume mammaire et reconstitue l’auréole et le mamelon. Les examens cliniques de seins comportent au moins une consultation accompagnée d’une palpation et une mammographie annuelle. Le médecin peut prescrire une prise de sang ou une échographie s’il le juge utile.
Epaupine Kayembe/ Stagiaire
Revenir en haut Aller en bas
 
Les traitements du cancer du sein
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sein phosphorescent ???
» Allaiter d'un seul sein
» tetine reprenant la forme du sein
» UNE bosse au sein
» mal au sein avec bb de 18 mois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
.:::|| AU FOND DU SENEGAL ||:::. :: .:::|| CONCEPT ETUDES ||:::. :: .:::|| SCIENCE ||:::. :: concept médecine-
Sauter vers: