Toute la culture sénégalaise, l'expression des jeunes sénégalais, le sénégal vue en profondeur.


 
PortailAccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sénégal,, Ramadan ,,, Mardi 2 Septembre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
julie
.:::|| ami ||:::.
.:::|| ami ||:::.
avatar

Nombre de messages : 6903
Age : 55
Date d'inscription : 19/12/2006

MessageSujet: Sénégal,, Ramadan ,,, Mardi 2 Septembre   Lun 1 Sep 2008 - 8:25

Les musulmans invités à observer le jeûne à partir de mardi
La Commission nationale de concertation sur le croissant lunaire a fixé pour mardi le début du mois de ramadan au Sénégal, invoquant le fait que la lune n’a été aperçue nulle part sur l’étendue du territoire national.
La commission, dont le coordonnateur est Ahmed Iyane Thiam, s’est réunie hier dimanche dans les locaux de la Radiotélévision sénégalaise, à la fois pour scruter le ciel et être à l’écoute des localités du pays où la lune pourrait être aperçue.

Des pays musulmans du Golfe ont annoncé qu’ils vont débuter lundi le mois de Ramadan, l’un des cinq piliers de l’Islam, tandis que d’autres comme la Libye ont déjà commencé à jeûner depuis dimanche.

«L’apparition du croissant lunaire, dimanche (29e jour du mois de Muharram), marquera le début du mois de ramadan pour lundi 1er septembre. Au cas contraire, les musulmans seront obligés de ne débuter le jeûne qu’à partir de mardi prochain», avait confié Ahmed Iyane Thiam à la presse.

A Touba, la commission d’observation du croissant lunaire, mise en place par le Khalife général, a déclaré, selon la Rfm, n’avoir pas aperçu la lune sur toute l’étendue du territoire. L’imam de Touba, Serigne Modou Mamoune Bousso, sur instruction de Serigne Bara Mbacké, a informé les talibés mourides que le jeûne commence demain mardi.


Avec Aps
Revenir en haut Aller en bas
Baghera
Membre V.I.P.
Membre V.I.P.
avatar

Nombre de messages : 868
Age : 54
Date d'inscription : 03/06/2008

MessageSujet: Le jeune démarre ce mardi au Sénégal : C'est parti pour ...   Mar 2 Sep 2008 - 21:55

Le jeune démarre ce mardi au Sénégal : C'est parti pour un mois d'abstinence.

Source : Walf quotidien

Ramadan Moubarack! Le jeûne, un des cinq piliers de l'Islam, démarre aujourd'hui, pour la majorité des Sénégalais. Pendant un mois, les musulmans vont devoir se plier aux exigences strictes du Ramadan. Ils vont, ainsi, s'ajuster côté pratique et comportement, pour vivre ce mois béni.






Le jeune démarre ce mardi au Sénégal : C'est parti pour un mois d'abstinence
Un mois sur les 12 que compte l'année, les musulmans observent le troisième pilier de l'Islam, le jeûne du mois de Ramadan. Durant cette période, tous les musulmans, jeunes ou vieux, aptes à le faire, doivent s'abstenir de manger, de boire, d'avoir des rapports charnels, etc.
Ce, de l'aube jusqu'au coucher du soleil. Les Dakarois, connus pour leurs capacités à s'adapter à toutes les situations, vont sans nul doute changer d'attitudes et d'habitudes, le temps du jeûne.


Les mosquées ne tarderont pas à avoir la côte chez les moins assidus, au détriment des grand-places et autres lieux de palabres. Ce changement de fréquentation est surtout perceptible chez les jeunes qui n'hésiteront pas à troquer les I-pod et autres baladeurs, pour des chapelets de plusieurs centimètres de longs.

Le Ramadan de cette année a, pour sûr, cassé le rythme et l'ambiance des vacances scolaires. Pour ceux qui sont conformistes, pour peu, c'est un au revoir à la baignade, à la plage et aux boîtes de nuits. La séparation est certes brusque. Un Ramadan en plein septembre, le dernier mois avant la reprise des classes, risque d'être singulier pour les élèves et étudiants qui profitaient à fond de cette période.

Ainsi, les changements les plus perceptibles sont constatés chez les filles. Côté habillement, on change de style. Les jeans et autres pantalons moulants, les bas, les hauts, les tenus sexy, tous sont rangés aux placards, le temps d'un mois de Ramadan. Et l'on se décoiffe. On préfère tirer les cheveux par dernière plutôt que de garder le tissage touffu des greffages.

On s'offre une nouvelle tête pour s'assurer les conditions d'une bonne ablution. Aussi, veille-t-on à ce que le nombril n'apparaisse de peur de voir son jeûne annihilé ou tout simplement de déconcentrer les âmes (mâles) sensibles. Le Ramadan est la période où presque tous se mettent à la prière pour bénéficier des grâces de ce mois béni.

Le respect de ce pilier de la religion musulmane semble être l'un des meilleurs moments pour l'Islam, au Sénégal où ceux qui ne pratiquaient pas, s'y mettent ; et certains interdits sont respectés. On s'abstient de médire, soit parce qu'on tient à son jeûne soit parce qu'on préfère concentrer ses énergies sur autre chose. Ramadan rime, certes, avec changement de comportements, c'est normal. Mais ce qui paraît drôle et malheureux dans tout cela, c'est le virage à 180° de certains musulmans, juste le temps d'un mois de jeûne.

Khady BAKHOUM
Revenir en haut Aller en bas
http://magic-moments.forums-actifs.com
julie
.:::|| ami ||:::.
.:::|| ami ||:::.
avatar

Nombre de messages : 6903
Age : 55
Date d'inscription : 19/12/2006

MessageSujet: Re: Sénégal,, Ramadan ,,, Mardi 2 Septembre   Mer 3 Sep 2008 - 10:43

RAMADAN SUR FOND DE CRISE




Les chefs de ménage entre résignation et inquiétude
Ce mardi 02 septembre marque le début du mois bénit de ramadan dans la presque totalité des confréries musulmanes du Sénégal. Si ce démarrage à l’unisson est salué par tous, le coût cher de la vie en revanche nourrit l’inquiétude des chefs de ménage en cette période ou les besoins des populations sont estimés au double du temps normal. La mendicité augmente et les inégalités sociales se creusent davantage.

Le mois bénit du ramadan est une période de très grande ferveur religieuse marquée par une abstinence multiforme sur les besoins vitaux de l’homme en signe de pénitence pour le triomphe du bien sur le mal. Du lever au coucher du soleil, interdiction est faite aux personnes bien portantes de manger, de boire, de fumer, de tenir des propos malveillants, de mettre des tenues incommodes et d’entretenir des rapports sexuels... Toutefois, à la rupture, il est recommandé de bien manger pour se maintenir en bonne forme de santé.
Qui n’en voudra pas. Ces repas copieux et bien colorés aux saveurs locales de « thiébu yapp », de « thiébu jën », de « mafé » ou encore de « yassa », auréolées de très succulents fruits que nous offre en cette période la généreuse nature tropicale et d’ailleurs. Mais, les affres de la pauvreté sont tellement épaisses que l’écrasante majorité des populations surtout celles établies en milieu rural peinent à mettre quelque chose sous le dent. Des craintes d’une aggravation du phénomène sont réelles et bien perceptibles.
Le coût cher de la vie inquiete
A l’allée Khalifa Ababacar Sy qui longe le quartier Dieuppeul à Dakar, la capitale sénégalaise, des mendiants de tous ordres prennent d’assaut chaque jour les environs de la caserne des sapeurs pompiers pour quémander le minimum vital de la journée.
Cette situation est analogue au niveau des différents arrêts d’auto car, des établissements financiers de la place, des lieux de culte, des gares et gares. La nouveauté et qui fait du reste office de baromètre du seuil de la pauvreté c’est le fait que nombre de personne démunies s’invitent dans ces autocars, psalmodiant des versets qui pénètrent à coup sûr la sensibilité profonde des passagers à bord.
Hier mardi, un contrôleur qui vérifiait les tickets est tombé sur une scène pareille et tout d’un coup, s’en est pris au receveur « comment peux - tu regarder cette dame mendier dans le bus perturbant la quiétude des passagers », lui a – t-il crié. Et le receveur de dire tout bas « je lui ai demandé de descendre mais elle a refusé ».
« Dans ce cas, immobilise le car aussi longtemps qu’elle restera à bord » lance avec mépris le contrôleur d’un ton très ferme. Il était quinze heures passées d’une quarantaine de minutes. La faim semblait tenailler les passagers. Ils étaient très peu enclins à dire mot. Les mouvements spontanés du véhicule semblent bien les dégoûter.
De là à deviner les contraintes liées à la cherté de la vie que certains d’entre eux pourraient faire face. La confidence d’un homme à la descente de car « je suis obligé de mendier pour nourrir ma famille. Je préfère la mendicité au vol. je suis en chômage et toutes les denrées sont chers. Au même moment, vous voyez des gens qui roulent en 4x4 dans un luxe avec très peu de souci pour la baisse classe ».
« Nous sommes très inquiets du coût cher de la vie. Tout est cher : le riz dont le prix du sac, avoisine les vingt cinq mille francs, le lait, l’oignon, le sucre pour ne citer que ceux là. C’est dure ! » Et pendant ce temps, une certaine catégorie de la population doute encore s’il y a des gens qui ne mangent pas à leur faim. Eh oui, difficile de s’en rendre compte quand on habite une villa bien climatisée, on conduit un véhicule de luxe pour se rendre à son bureau feutré avec, s’il vous plait, moins d’occupations.
Si le déséquilibre social est naturellement perturbé, il va de soi que son niveau d’aggravation est une œuvre humaine que seule la conscience citoyenne pourra rétrécir au nom du droit à la survie.
Sud Quotidien - Mercredi 03 Septembre 2008
Revenir en haut Aller en bas
Baghera
Membre V.I.P.
Membre V.I.P.
avatar

Nombre de messages : 868
Age : 54
Date d'inscription : 03/06/2008

MessageSujet: Les Veillées du Ramadan du 9 septembre au 2 octobre.   Sam 6 Sep 2008 - 22:27

Le Ramadan et la tradition orale


Chants et contes . Les Veillées du Ramadan invitent à la découverte des multiples visages culturels de l’islam.

Le Ramadan est une période sacrée de la religion musulmane. Souvent réduit à l’interdiction pour les musulmans de boire et de manger. Il correspond aussi à un moment d’ouverture et de solidarité avec son prochain, surtout le plus démuni. Dans cet esprit de partage, l’Institut des cultures d’islam et la compagnie Graines de soleil organisent les « Veillées du Ramadan » afin de mieux faire connaître la religion de l’islam et les diverses cultures qu’elle englobe. Un voyage initiatique qui vous emmènera aussi bien au Maghreb qu’au Canada, en Europe comme en Afrique.

La troisième édition met l’accent sur les traditions orales. Comme dans le temps jadis, quand les anciens et les plus jeunes se réunissaient au coin du feu et faisaient le récit de leurs aventures. Des contes d’ici et d’ailleurs avec Hassane Kouyaté, Chirine el Ansary, Layla et Jihad Darwiche, qui dérouleront le tapis volant des Milles et Une Nuits. Un hommage particulier est rendu au pays Mandingue, ce peuple d’Afrique de l’Ouest, pour qui l’oralité est au coeur de la société. Avec les contes du poète et écrivain malien Amadou Hampaté Bâ, qui a consacré sa vie et son oeuvre à la défense du savoir séculaire de sa terre natale, l’Afrique, où « quand un vieillard meurt, c’est une bibliothèque qui brûle ». Un hommage particulier est rendu à Sotigui Kouyaté, griot et comédien, connu du public pour sa collaboration avec Peter Brook. Il est l’un des plus grands acteurs africains contemporains.

La parole est aussi mise en musique et se déclame par le chant. Des concerts sont prévus pendant toute la durée des festivités. De la musique traditionnelle africaine, avec l’Orchestra Baobab, les chansons populaires et les prières de Fantani Touré. De la musique spirituelle avec Tariqa Burhanya, ou plus contemporaine avec les chansons pop mélangées aux sonorités orientales de Natacha Atlas, le folk-rock conjugué au chaâbi de Souad Massi et le rap du slameur Abd al Malik. Des sessions acoustiques sont également programmées après les f’tours-feuilletons. Comme on pourrait le vivre dans les pays du monde arabe quand la famille et les amis s’attablent autour du f’tour, ce repas qui rompt le jeûne, tout en regardant des feuilletons. Les Veillées diffuseront la série canadienne la Petite Mosquée dans la prairie. Des expositions, des conférences et des rencontres sont mises en place dans divers lieux du 18e arrondissement, qui permettent de découvrir l’islam tel qu’il se vit aujourd’hui.

Sous le sceau de la convivialité et de la fête, les Veillées du Ramadan éclairent un peu plus les pratiques d’une religion dont on parle beaucoup mais dont on connaît peu de choses.
L'Humanité.





Les Veillées du ramadan


Cette année, c’est notamment sur le chemin du pays mandingue, sur la trace des contes d’Amadou Hampaté Bâ, que les visiteurs seront guidés.
Les Veillées offrent à tous la possibilité de découvrir, ou d’approfondir, leurs relations avec la diversité des expressions culturelles du monde musulman. Elles sont l’occasion de découvrir l’islam tel qu’il se vit aujourd’hui non seulement au Maghreb et au Moyen-Orient mais aussi en Europe, au Canada ou en Afrique subsaharienne.

Les Veillées du ramadan se dérouleront principalement au centre de préfiguration de l’Institut des cultures d’islam, en associant d’autres lieux comme le centre musical Fleury Goutte d’Or-Barbara, le Lavoir Moderne Parisien et L’Alhambra (pour le concert de Natacha Atlas).


Des soirées thématiques s'articuleront autour de plusieurs disciplines:
- Des soirées f’tour (repas de rupture de jeûne)-feuilleton avec la projection quotidienne de la série «La petite mosquée dans la prairie», à l’heure de la rupture du jeûne.
- Des contes d‘ici et d’ailleurs avec Layla et Jihad Darwiche, Hassan Kouyaté, Chirine El Ansary…
- Des débats, lectures et rencontres avec notamment le nutritionniste Alain Delabos, l’islamologue Mahmoud Azab et le Cheikh Bentounès.
- Une exposition : Mosquées de Paris, photographies de Jean-Michel Riera accompagnées des textes de Thomas Deltombe.
- Des concerts avec Orchestra Baobab, Yeleen, Fantani Touré, Mikidache, Natacha Atlas…

Une particularité : des veillées au rythme du coucher du soleil
Les Veillées du ramadan sont un événement unique à Paris : il propose une programmation au quotidien en suivant le rythme du coucher du soleil.
La cour de l’Institut des cultures d’islam accueillera un petit marché d’artisanat africain, espace de rencontres et d’animation, découverte des trésors de l’Afrique et du salon de thé.

Tarifs
Soirées à l'Institut des cultures d'islam : gratuites.
Concerts au centre musical Barbara Fleury Goutte d'Or : 10 euros.
Natacha Atlas à l'Alhambra : tarif préférentiel de 29,70 euros.
L’Institut des cultures d’islam
19, rue Léon 75018 Paris
Tél : 01 53 09 99 80/83

Métro Château Rouge, Marcadet Poissonniers
Station Vélib’ : 26, rue Léon.
Revenir en haut Aller en bas
http://magic-moments.forums-actifs.com
oli-seneg
sénégalais à 20%
sénégalais à 20%
avatar

Nombre de messages : 72
Age : 27
Date d'inscription : 02/07/2008

MessageSujet: Re: Sénégal,, Ramadan ,,, Mardi 2 Septembre   Dim 7 Sep 2008 - 23:38

C'est un mOis très dur pOur ceux, avec la chaleur qu'il fait la-bas, les gens travaillent a la chaleur, de pas bOire ni manger, cela est un cOmbat pOur eux.

Bon cOurage a tOut les musulmans.
Tkt On pense a vOus Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://afriquelove.skyblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sénégal,, Ramadan ,,, Mardi 2 Septembre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sénégal,, Ramadan ,,, Mardi 2 Septembre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mardi 27 septembre
» élections sénatoriales fixées au 21 septembre
» Mardi 15 septembre
» Le mardi, c'est folie ! (Edit Photos )
» BILAN SEPTEMBRE/OCTOBRE (edit avec photos)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
.:::|| AU FOND DU SENEGAL ||:::. :: .:::||CONCEPT RELIGION ||:::. :: .:::|| CONCEPT ISLAM ||:::. :: concept Islam-
Sauter vers: